Bilan 2013 de l’activité des groupes d’entraide mutuelle

Depuis le 1er janvier 2011, la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie finance et assure le suivi des groupes d’entraide mutuelle (GEM), ces lieux de rencontre, d’échanges et de soutien pour et avec les personnes en situation de fragilité en raison de leurs troubles de santé. Ils visent, par un soutien entre pairs, à favoriser l’insertion sociale et citoyenne des personnes ayant des difficultés similaires.
En 2013, la CNSA a délégué plus de 27 millions d’euros aux ARS, pilotes du dispositif, qui ont financé 373 GEM.


Répartition et montant moyen des financements

En 10 ans, le nombre de GEM a été multiplié par trois et le financement par six.
Parmi les 373 GEM financés par les ARS en 2013, 89 % accueillaient des personnes en souffrance psychique et 11 % des personnes cérébrolésées. 7 GEM ont été financés pour la première fois.
Le montant moyen du financement par GEM en 2013 était de 72 372,65 euros.


Une fréquentation qui continue à augmenter

En 2013, 68,4 personnes en moyenne fréquentaient les GEM, soit une augmentation de 4% par rapport à 2012 (65,5 personnes en moyenne).
La fréquentation moyenne des GEM destinés aux personnes traumatisées crâniennes ou présentant des lésions cérébrales acquises était de 31 personnes par GEM, soit une augmentation de 7% par rapport à 2012 (29 personnes en moyenne). La fréquentation moyenne des GEM destinés aux personnes présentant des troubles psychiques était stable par rapport à 2012, soit 72 personnes par GEM en 2013.


Une inscription forte des GEM dans leur environnement

On observe une progression significative des conventions de partenariat depuis 2009.
80% des GEM ont une convention de partenariat avec le milieu associatif et 75% avec les acteurs de l’offre de soins et de l’accompagnement. 52% des GEM ont conventionné avec leur commune d’implantation et 48% ont un partenariat avec les acteurs de l’insertion sociale et professionnelle. Enfin, près de 17% des GEM ont un partenariat avec la MDPH, soit une augmentation de 4% par rapport à 2012.


Statuts et financement

En 2013, le financement des GEM est principalement assuré par les ARS (90 % du financement). Selon le cahier des charges défini dans l’arrêté ministériel, le financement accordé par les ARS est conditionné par une convention de parrainage et la constitution du GEM en association d’usagers.
En 2013, 89 % des GEM étaient constitués en association d’usagers, soit 5 % de plus qu’en 2012, et 94 % avaient signé une convention de parrainage (+ 7% par rapport à 2012).
La constitution d’une association d’usagers (pour 9 GEM sur 10, en constante augmentation depuis 2005) est un gage de la participation active des membres du GEM à son fonctionnement et au respect de l’esprit des GEM, la pair-aidance.


Difficultés et perspectives de suivi

Le bilan 2013 constate des difficultés relatives au financement des GEM existants. Elles portent principalement sur deux points : le fait que certains GEM ne reçoivent pas une subvention à hauteur de 75 000 euros et que le plafond de la subvention n’ait pas été revu à la hausse depuis 2005, soit depuis la création des GEM.
Le Comité interministériel du handicap du 25 septembre 2013 a inscrit deux chantiers dans ses mesures : la révision du cahier des charges du 13 juillet 2011 dans le cadre d’un groupe de travail et une évaluation nationale des GEM, confiée à l’ANCREAI.

(27 février 2015)


Autres informations

0