Pour la première fois, une personne handicapée mentale reçoit la légion d’honneur

Lundi 8 décembre, quelques jours après la journée mondiale pour les personnes handicapées et à la veille de conférence nationale sur le handicap, Jean-Pierre Crépieux, un des hommes handicapés mentaux fondateurs de L’Arche avec Jean Vanier, recevra la légion d’honneur des mains du Président de la République. C’est la première fois qu’une telle distinction est remise à une personne ayant un handicap mental.
Les personnes handicapées mentales, acteurs indispensables du lien social
La remise de la légion d’honneur à Jean-Pierre Crépieux à L’Elysée met en lumière la contribution indéniable des personnes avec un handicap mental à la construction d’une société plus juste et plus solidaire, plus humaine et plus fraternelle. Depuis 50 ans, à L’Arche nous sommes témoins de l'apport essentiel des personnes ayant un handicap mental au lien social. Dans les foyers comme dans l’environnement plus large du quartier ou du village, elles sont les moteurs de la relation.
Par ce geste symbolique, la République reconnaît l’égalité en droit mais aussi en dignité de ces hommes et de ces femmes et leur importance en tant que citoyens.
Plus largement, elle souligne que chacun, avec ses forces et ses fragilités, a sa place dans notre société et que « le vivre ensemble » ne peut exister sans l'acceptation des différences et la reconnaissance de leur complémentarité. Dans un monde guidé par des exigences de performance et de normalité, l’expérience de L’Arche démontre que la rencontre et la relation avec la personne fragile permet à chacun d’accepter ses propres fragilités et de grandir en humanité.
Jean-Pierre Crépieux, co-fondateur de L’Arche.
Jean-Pierre Crépieux, le troisième homme handicapé mental accueilli à L’Arche, arrive le 7 décembre 1964 à Trosly-Breuil, ce village de l'Oise où Jean Vanier s'est installé en août, avec Raphaël Simi (décédé en 2003) et Philippe Seux. En 1972, il quitte Trosly pour fonder une nouvelle communauté de L’Arche près de Boulogne sur Mer (L’Arche les Trois fontaines).
Dans son livre, Je n’ai pas peur d’être vieux (2009), Jean-Pierre Crépieux écrit que Jean Vanier n’aurait pas pu « fonder L’Arche » sans « nous ». Jean Vanier, lui, n'a de cesse d'affirmer l'importance décisive des personnes avec un handicap mental tant dans la conception que dans le fonctionnement des communautés. Partie prenante, dès l'origine, des processus de réflexion comme de décision sur la vie commune, Jean-Pierre Crépieux, en participant
à l'élaboration du projet communautaire est un co-fondateur de L’Arche.
L’Arche - « Vivre avec » plutôt que « faire pour ».
A L’Arche, depuis 50 ans, vivent et travaillent des femmes et des hommes handicapés mentaux avec ceux qui les accompagnent (salariés, volontaires, bénévoles, amis…). Au fil des jours, personnes handicapées et non handicapées tissent des relations fondées sur le respect et l’amitié et font l’expérience d’une vie fraternelle.
Les 147 communautés de L’Arche présentes sur les 5 continents dans des contextes sociaux, religieux et culturels différents prouvent qu'il est possible de « vivre ensemble ».


Autres informations

0