Rentrée : scolarisation des enfants handicapés

Il y a un an, jour pour jour, le défenseur des droits rencontrait la ministre déléguée en charge des personnes handicapées et de la lutte contre l’exclusion. Aujourd’hui, c’est par voie de presse que M. Baudis a choisi d’annoncer l’envoi d’une lettre à des membres du gouvernement sur la scolarisation des enfants en situation de handicap.

Comme Marie-Arlette Carlotti lui avait deja indiqué lors de leur rendez-vous, son bureau reste ouvert pour échanger avec M. Baudis lorsqu’il estime qu’un sujet mérite une attention particulière.

Certes, la vigilance dont fait preuve M. Baudis est à saluer. Elle lui a d’ailleurs permis de féliciter le Gouvernement pour le nouveau statut des auxiliaires de vie scolaire : 28 000 personnes qui sont ainsi sorties de la précarité avec la création d’un diplôme d’Etat et dont la reconnaissance de leur métier correspond au respect que nous devons aux enfants et à leurs familles.

Nous créerons 19.000 places en établissements et services d’ici 2017, dont 3000 dès 2013 pour les Personnes en situation de handicap.

Le plan autisme prévoit, également, la création de 3400 places dédiées d’ici 2017 dont 1725 pour des enfants.

Nous créerons 700 places d’accueil en maternelle, c’est-à-dire, une classe de maternelle par département pour les enfants autistes avec un enseignant et une équipe médico-sociale.

Marie-Arlette Carlotti a fixé comme priorité les passerelles entre l’Education Nationale et le secteur médicosocial pour faciliter le parcours scolaire des enfants handicapés. C’est un gage d’efficacité, autant pour les professionnels concernés que les jeunes handicapés et leurs parents.

Ce qui est aujourd’hui particulièrement inacceptable est la méconnaissance du nombre exact d’enfants qui restent sans solutions. Nous devons mieux connaitre les besoins pour mieux adapter les réponses. Aujourd’hui, il n’existe pas de données précises. Nous trouverons le moyen d’y remédier rapidement. Un système d’information qui permette d’avoir en temps réel les listes d’attente et les places disponibles sera mis en oeuvre à l’issue du prochain Conseil interministériel du handicap.

« Les enfants handicapés sont les enfants de la République, comme tous les autres enfants. Nous devons leur donner la chance d’apprendre pour qu’ils deviennent des adultes accomplis. » souligne Marie-Arlette Carlotti.

5 septembre 2013


Autres informations

0