Parcours de vie des personnes âgées et des personnes handicapées : le Conseil de la CNSA invite à un

Le Conseil de la CNSA formule tous les ans, dans le rapport d’activité de la Caisse, des propositions sur l’évolution du système de protection sociale dans le champ de l’aide à l’autonomie. Il préconise cette année une évolution de l’organisation des acteurs locaux et une impulsion nationale claire et cohérente pour assurer une meilleure continuité des parcours des personnes âgées et des personnes handicapées.

À l’occasion d’une conférence de presse, Francis Idrac, président du Conseil, Janine Dujay-Blaret, vice-présidente, ainsi qu’Yves Daudigny, représentant des conseils généraux, ont présenté treize préconisations pour agir de façon structurelle au bénéfice du parcours de vie des personnes âgées et des personnes handicapées.

Pourquoi les parcours de vie ?

Le Conseil de la CNSA a choisi l’expression parcours de vie, et non parcours de soins ou parcours de santé puisqu’il considère la personne dans les différentes dimensions de sa vie : personnelle et relationnelle, professionnelle et sociale, familiale et citoyenne.

Cette notion, qui repose donc sur le vécu de la personne dans son environnement, interroge les politiques publiques dans de nombreux domaines (santé, éducation, formation, justice, protection de l’enfance et des majeurs, accessibilité, logement, emploi, etc.) et met l’accent sur le besoin de continuité des différentes formes d’accompagnement.

Organisation locale intégrée et cohérence des politiques nationales

Pour cela, il préconise une évolution en profondeur des politiques de santé vers une organisation plus intégrée. Une telle organisation permettrait de dépasser les cloisonnements institutionnels et de lever les obstacles tarifaires et juridiques à une bonne articulation des interventions des différents professionnels.

Le Conseil propose donc d’étendre la dynamique d’intégration impulsée dans le secteur des personnes âgées avec les MAIA au secteur du handicap, tout en l’adaptant à ses spécificités.

Le Conseil de la CNSA préconise également une plus grande cohérence dans les impulsions données par les pouvoirs publics et une plus grande constance de la stratégie adoptée. La « stratégie nationale de santé » constitue en cela une opportunité.

Il identifie enfin quelques conditions à la réussite de cette organisation intégrée, notamment : une gouvernance intégratrice dans les territoires locaux.
le partage et la traçabilité des informations entre professionnels des secteurs sanitaire, social et médico-social. Le Conseil appelle de ses vœux une évolution de la législation et de la réglementation pour permettre, tout en l’encadrant, l’échange de données entre professionnels.
l’accompagnement de l’adaptation nécessaire des pratiques professionnelles, élément clé du changement (formations communes, outils partagés pour analyser les différentes dimensions d’une situation...).
le renforcement de l’information des usagers et de leurs associations aux décisions, pour permettre aux personnes d’être actrices de leur parcours.
l’assouplissement des modalités d’utilisation des crédits par les agences régionales de santé pour permettre notamment le financement d’innovations organisationnelles.


Soumis au vote, ce chapitre prospectif a été approuvé à l’unanimité, les représentants de l’État ne prenant pas part au vote selon l’usage.
(23 avril 2013)


Autres informations

0