Adoption de tous les Projets régionaux de santé des ARS

Le 18 février 2013, l’ensemble des Projets régionaux de santé (PRS) ont été arrêtés par les directeurs généraux des Agences régionales de santé (ARS). Instrument d’une approche plus cohérente et intersectorielle de la politique régionale de santé, le PRS définit pour les cinq ans à venir les réponses aux besoins de santé en région en prenant en compte les spécificités locales (état de santé de la population, modalités de recours aux soins, déterminants sociaux,…).

La création des ARS avait pour finalité première de favoriser le décloisonnement de secteurs séparés bien que complémentaires. C'est pourquoi, le PRS couvre aussi bien le champ de la prévention que celui de la sécurité sanitaire, ainsi que le soin, l'accompagnement médico-social et l'éducation thérapeutique du patient.

Fondé sur une approche globale de la santé, le PRS se doit de prendre en compte d'autres déterminants et d'autres politiques que celles relevant du champ strict du ministère chargé de la santé, par exemple l'éducation, l'habitat, le travail… Différentes administrations ou collectivités territoriales ont donc été logiquement associées.

Chaque PRS est structuré autour de 3 composantes :
- Le plan stratégique régional de santé (PSRS)
- Les schémas d’organisation
- Les programmes d’actions

Chaque étape d’élaboration du PRS a fait l’objet d’une concertation auprès des instances de démocratie sanitaire et des partenaires institutionnels.

Cet instrument de pilotage régional des politiques de santé doit remplir les trois missions assignées au niveau national aux ARS : améliorer l’espérance de vie en bonne santé, promouvoir l’égalité devant la santé et enfin développer un système de soins et de santé de qualité, efficient et accessible. A cela s’ajoutent les priorités spécifiques aux besoins régionaux en matière de santé.

Les PRS prévoient notamment des expérimentations sur le parcours du patient, de l’usager et des actions visant à lutter contre les inégalités de santé. Elles pourront alimenter les travaux de la Stratégie nationale de santé, lancée par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault le 8 février 2013 et confiée à Marisol Touraine, ministre des affaires sociales et de la santé.

Quelques exemples de priorités définies dans les PRS

Le PRS d'Alsace prévoit 15 priorités d'actions en santé dont la prévention des pathologies qui ont l'impact le plus fort sur la mortalité (maladies cardio-vasculaires, cancers …) et l'accompagnement à l'autonomie des personnes en situation de fragilité (personnes âgées, personnes handicapées, personnes souffrant de pathologies mentales et de handicap psychique, accès aux soins des plus démunis).

Le PRS de Paca place la psychiatrie et la santé mentale comme une de ses priorités. Il a notamment pour objectifs de favoriser un accès plus équitable au système régional de la santé et de l'autonomie. Il vise l'amélioration de l'orientation de la population dans le système de santé et la coordination des acteurs de santé.

Le PRS de Bourgogne entend garantir un maillage territorial solide de l’offre de soins, soutenir l’autonomie des personnes en situation de handicap et/ou des personnes âgées, développer les capacités des adolescents et des jeunes adultes à être acteurs de leur santé avec le lancement d’un « passeport santé jeunes », organiser la prise en charge des maladies chroniques et des polypathologies et réduire les inégalités territoriales.

Le PRS de Martinique s'articule autour de transformations profondes des organisations existantes :
- Une transformation de l’offre hospitalière dans le cadre d’un nouveau projet médical de la région
- Une transformation dans l’accessibilité à l’ensemble du système par le renforcement et la structuration d’une offre de premier recours
- Une transformation de l’offre médico-sociale pour l’intégrer dans la même logique de parcours de santé coordonnés avec la prévention et les soins au niveau de chaque territoire de proximité
- Une transformation des comportements et des habitudes par le développement d’une véritable culture de prévention et promotion de la santé.






Autres informations

0