Les personnes âgées dépendantes en Bretagne : deux études à consulter

Ces deux études résultent d’un partenariat entre l’Insee Bretagne, l’agence régionale de santé (ARS) et les départements des Côtes-d’Armor, du Finistère, d’Ille-et-Vilaine et du Morbihan.

Elles répondent aux besoins croissants d’anticipation de l’évolution de la dépendance des personnes âgées et ses conséquences sur les besoins et l’adaptation de prise en charge humaine et financière.

Etude octant n°35 - Personnes âgées dépendantes en Bretagne : une augmentation potentielle de 40 % à l’horizon 2030
Avec le vieillissement de la population et si les tendances actuelles se maintiennent, le nombre de personnes âgées dépendantes pourrait croître de 40 % en Bretagne entre 2010 et 2030, contre 38 % en France métropolitaine. Soutenue au début de la décennie 2010-2020, cette croissance s’atténuerait ensuite avant de repartir peu avant 2030.

A cet horizon, les personnes dépendantes seraient plus âgées qu’aujourd’hui, la part des femmes baissant de 66 % à 62 % sous l’effet de l’allongement de l’espérance de vie masculine.

Actuellement six personnes dépendantes sur dix vivent à domicile. Les questions d’adaptation des logements pour ceux qui souhaiteraient rester à leur domicile se poseront avec acuité.

Etude octant n°36 - Personnes âgées dépendantes en Bretagne à l’horizon 2020 : des incidences potentielles sur les emplois et les besoins de prise en charge financière
Entre 2010 et 2020, la Bretagne pourrait compter 17 000 personnes âgées dépendantes supplémentaires, engendrant des besoins nouveaux dans différents domaines (aides à domicile, logement, transport). Ce surcroît de personnes âgées dépendantes, si elles vivaient à domicile, engendrerait un volume d’activité supplémentaire de 9 200 équivalents-temps-plein dont un tiers relèverait de personnels soignants (2 100 ETP d’infirmiers, 1 000 ETP d’aides-soignants et 6 100 ETP de personnels non soignants).

A eux seuls, l’Ille-et-Vilaine et le Morbihan concentreraient chacun 2 700 ETP supplémentaires. Si 90 % de ces personnes âgées dépendantes supplémentaires étaient maintenues à domicile, cela représenterait 8 200 ETP et pour les 10 % en institutions, 1 000 ETP.

Ces deux études ont été présentées lors d’une conférence de presse réunissant les partenaires Insee, ARS et les 4 départements bretons.


Autres informations

0