Programme PHARE sur les achats hospitaliers : une adhésion forte et un potentiel de gains confirmé

Mieux acheter au service de l’excellence de l’offre de soins : dans un contexte financier contraint, la transformation des achats hospitaliers est un levier majeur pour aider les hôpitaux à dégager de nouvelles marges de manœuvre financières.
Pour porter cette transformation, le programme « Performance hospitalière pour des achats responsables » (PHARE), lancé par la direction générale de l’offre de soins (DGOS), vise à inscrire durablement les hôpitaux dans une recherche continue de progrès sur toutes leurs dépenses.

150M€ à 180 M€ de gains attendus pour la 1ère année
Les 1ers résultats confirment que le potentiel de gains du programme PHARE - 900M€ attendus sur 3 ans dont 210M€ en 2012 - est réaliste et atteignable. Ainsi, plus de 100 M€ de gains sont déjà sécurisés en 2012 et entre 50 et 80 M€ de gains supplémentaires sont attendus d’ici la fin de l’année. Par ailleurs, la 1ère vague du projet ARMEN, a permis d’estimer un potentiel de gains de l’ordre de 1,2Md€ en 3 ans, soit 13 % des dépenses sur 10 segments identifiés : par exemple, les dispositifs médicaux à usage unique, les véhicules, la fonction linge, les mobiliers de soin, les assurances, les dépenses immobilières, les logiciels… Rappelons que le projet ARMEN vise à identifier des actions concrètes de gains achats issues d’expériences réussies sur le terrain : d’ores et déjà, plus de 80 bonnes pratiques achat sont à la disposition des hôpitaux.

Une forte adhésion
L’importante mobilisation des acteurs sur le programme est un signe fort d’adhésion. Ainsi, près de 1 500 professionnels se sont déjà mobilisés dans le programme : acheteurs hospitaliers, pharmaciens, ingénieurs, prescripteurs, agences régionales de santé (ARS), etc. De même, 50 hôpitaux se sont engagés dans un processus de transformation, en mettant en place un plan d’actions achats.

Des rôles clarifiés
La 1ère année du programme PHARE a permis de clarifier le rôle des acteurs impliqués dans le secteur des achats : ainsi, le responsable achats unique dans les hôpitaux est pleinement reconnu. Son rôle : élaborer et piloter un plan d’actions achats annuel quantifié, issu d’un dialogue avec les prescripteurs sur toutes les catégories de dépenses.

A leur niveau, les ARS jouent un rôle d’animation auprès des hôpitaux, en les accompagnant dans la mise en place de leurs plans d’actions achats, en favorisant leur accès à des marchés groupés performants et en facilitant les échanges de pratiques.

Une dynamique croissante des groupements de commande
Afin de mieux mettre les forces en commun, la couverture des marchés par les groupements de commande nationaux et régionaux a été précisée. Les opérateurs nationaux tels UniHA, le RESAH IDF ou UNICANCER Achat sont renforcés sur leur périmètre d’adhérents et peuvent jouer le rôle de locomotive pour les groupements territoriaux en cours de consolidation. Plusieurs régions ont finalisé leur 1ère convention avec l’union des groupements d’achat public (UGAP), qui permet de capter des gains sur les commandes actuelles dès le 1er euro. En complément, une convention nationale de partenariat entre la DGOS et l’UGAP a été signée pour les véhicules. Objectif : offrir les mêmes conditions d’achat à tous les hôpitaux, quel que soit le nombre de véhicules commandés. Enfin, une campagne nationale sur les fluides médicaux, déclinées par région, est en cours de déploiement : les 1ers résultats aboutissent à 25% de gains en moyenne.

Une offre de formation dédiée
Une offre de formation dédiée aux achats a été élaborée conjointement par la DGOS et l’association nationale pour la formation permanente du personnel hospitalier (ANFH), avec des objectifs ciblés :

•pour les directeurs d’hôpital, renforcer la stratégie achats de l’établissement ;
•pour les responsables achats, construire et piloter le plan d’actions achats ;
•pour les acheteurs, renforcer leur rôle au sein des établissements.
Des perspectives à la hauteur des enjeux
Le programme PHARE doit à présent être déployé sur 2013 et 2014, à travers 3 leviers :

•l’accompagnement des 150 hôpitaux les plus importants, représentant près de 70% des achats annuels, dans leur transformation achats : un tiers d’entre eux présente un niveau de maturité achats proche des objectifs du programme. L’enjeu est de les accompagner dans la poursuite de leur transformation et dans la mise en place de leurs plans d’actions achats ;
•le renforcement des groupements de commande territoriaux : pour garantir l’accès de tous les hôpitaux à des marchés performants, l’objectif est d’accompagner la production rapide de nouveaux marchés, d’améliorer la performance des marchés actuels et de susciter la création et/ou la consolidation des groupements de commande. L’animation de ce chantier a été confiée au GIP RESAH IDF ;
•la poursuite du projet ARMEN : celle-ci est fondamentale pour créer l’adhésion autour des enjeux des achats et pour identifier des opportunités concrètes de gains accessibles à tous. La 2ème vague du projet a été lancée le 13 novembre 2012 au ministère de la santé sur 10 nouveaux segments, parmi lesquels l’énergie, les médicaments, la fonction alimentation, les solutions d’impression, le petit matériel médico-chirurgical non stérile, la gestion des déchets…
Les résultats des groupes de travail seront restitués en février 2013. Au total, 3 ou 4 vagues ARMEN sont prévues sur la durée du programme, à raison d’une tous les 6 mois.

22 novembre 2012


Autres informations

0