La prévention du suicide

La prévention du suicide, cause de décès évitable, est un enjeu majeur de santé publique. Chaque année ce sont près de 10 500 personnes qui décèdent par suicide et 200 000 tentatives de suicide qui donnent lieu à une hospitalisation.
Depuis 1998, les pouvoirs publics ont mis en place une politique active de prévention du suicide. Le programme national d’actions contre le suicide 2011-2014, lancé le 10 septembre 2011, fait une large place à la prévention et aborde la question du suicide dans sa globalité.
La nécessité d’agir le plus en amont possible de l’acte suicidaire implique le développement d’actions de promotion de la santé mentale et de la prévention du suicide (en particulier pour les jeunes à travers internet) ainsi que l’acquisition de compétences spécifiques tant chez les parents que chez leurs enfants. Ces actions en amont portent également sur la sécurisation des lieux ou la réduction de l’utilisation des produits dangereux utilisés pour le passage à l’acte.

En ce qui concerne les personnes en souffrance psychique, des mesures de prévention telles que la lutte contre l’isolement social, le développement des dispositifs d’aide à distance ainsi que des actions dans certaines institutions (milieu carcéral) et envers des populations à risques (agriculteurs, personnes âgées, adolescents, personnes en situation de précarité, proches de victimes de suicides) sont proposées.

L’information du grand public et la formation des professionnels constituent deux axes majeurs dans la lutte contre le suicide. Des actions de communication et d’information autour du suicide et de la santé mentale sont notamment menées par les associations partenaires et par l’institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES).

La formation des professionnels concerne différents publics : Ce sont d’abord les professionnels du soin et de l’action sociale, au contact des enfants et adolescents qui nécessitent une formation au repérage de la souffrance psychique et de la crise suicidaire, de même que ceux travaillant en milieu carcéral. Le milieu de l’entreprise est également concerné, afin que l’ensemble du personnel puisse acquérir une connaissance en matière de prévention des risques psychosociaux.

11 septembre 2012


Autres informations

0