Bilan 2es rencontres scientifiques de la CNSA: intérêt marqué pour les parcours de vie des personnes

Près de sept cents professionnels, décideurs, représentants d’associations de personnes en perte d’autonomie et chercheurs ont participé, les 15 et 16 février, à la réflexion proposée par la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie sur les parcours de vie des personnes en perte d’autonomie. Ces rencontres ont été introduites par Marie-Anne Montchamp, secrétaire d’État auprès de la ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale.
Les interventions de la quarantaine d’experts français, européens et nord-américains et les nombreux échanges menés avec le public dans les douze ateliers ont confirmé les spécificités de l’approche par les parcours. Raisonner en termes de parcours, c’est :
• penser la situation de chacun comme singulière, indépendamment des grandes catégories dans lesquelles s’inscrit la pathologie dont souffre la personne ; • s’intéresser à la perception qu’a la personne de sa situation et à ses projets pour l’avenir : l’implication de la personne dans la gestion de son parcours est une condi-tion indispensable au bon déroulement d’un plan d’aide ou d’une entrée en institution ; • penser le vieillissement comme un processus, une évolution et non pas comme un état ; • prendre en compte toutes les dimensions de la vie de la personne (familiale, pro-fessionnelle, sociale, citoyenne) et pas seulement la dimension médicale. Un des enjeux est de déplacer le regard des professionnels pour qu’il ne se concentre pas sur les difficultés rencontrées par la personne, mais qu’il se porte sur ses capacités.
En conclusion, la prise en compte de ces quatre caractéristiques et la coordination des acteurs du soin et de l’accompagnement s’avèrent nécessaires pour assurer une plus grande cohé-rence dans le parcours des personnes.
Les vidéos des séances plénières et les actes seront bientôt disponibles sur le mini-site des rencontres.

16 février 2012


Autres informations

0